Retour Gwalarn
Retour
TV Breizh
Retour
Ar Brezhoneg er media
le breton dans les médias
Retour
Ar Brezhoneg
la langue bretonne

  N°50 / du 3 mars au 17 mars 2000        http://www.lenouvelouest.com/archives-num/archives.htm
Actualité TV Breizh : Le pari régional !
Dossier à la Une

Interview de Patrick Le Lay :
« Avec TV Breizh, on cessera de prendre les Bretons pour des abrutis ! ».

Régionale et européenne, TV Breizh, la chaîne des Bretons de l'Ouest, qui émettra à partir du 1er septembre prochain, sera la télé des fous de celtitude mais aussi de tous les Européens qui croient encore au mot identité. 
Rencontre au siège de TF1, à Paris, avec Patrick Le Lay...

Au 14e étage de la tour de TF1, quai du Point du Jour à Paris, l'ambiance, ce lundi 28 février, semble au beau fixe. A l'entrée, une hôtesse d'accueil lit le nom du visiteur attendu sur un écran relié à Internet. 
Le rendez-vous est annoncé. Comme l'ascenseur. Patrick Le Lay, qui ponctue un entretien inopiné, s'excuse du léger retard en ouvrant la porte de son bureau. 

Au 14e, la vue est magnifique, avec pour horizon un véritable ciel breton. Heureux présage...
Détendu (il tombe la veste et vous offre un café), une pile de parapheurs bien rangés devant lui, le P-dg de TF1 s'offre quelques instants de détente (un entretien sur TV Breizh) avant d'attaquer (fonction oblige) des dossiers plus nationaux et internationaux...
 
 

Le dossier TV Breizh est donc bouclé ?
Une télé n'est jamais ancrée dans le bronze. C'est un reflet de la vie, de la société. C'est un miroir qui bouge sans cesse...
Mon ambition est de faire une chaîne régionale à vocation européenne, notamment parce que la technologie moderne le permet. Un Russe et un Brestois pourront regarder en même temps TV Breizh !

Quels seront les axes majeurs de la télé bretonne ?
J'aimerais que TV Breizh soit la chaîne de la société bretonne avec des thèmes principalement identitaires et culturels. 
Ceux de la civilisation celtique (le phénomène gaélique est important), pour redynamiser l'indispensable lien culturel qui unit les Bretons aux autres. 
La musique est un des vecteurs essentiels, car ceux qui chantent existent !
Le deuxième phénomène identitaire, après la musique et la culture, réside dans la mer. Nous y accorderons une place de choix. Si TV Breizh avait existé ces derniers mois, nous aurions abordé la marée noire sous tous ses aspects. Avec TV Breizh, on pourra parler entre nous de nous !

Certains craignent un repli identitaire. Que leur répondez-vous ?
Les études que nous avons réalisées en Bretagne montrent que quatre grandes attentes président au lancement de notre télé régionale bretonne : 
la culture en général, la musique en particulier, la vie en société et la vie des entreprises.
TV Breizh ne pratiquera pas le repli identitaire. Nous voulons nous ouvrir aux autres (les cultures européennes forment une mosaïque), tout en formant le pari d'être à la fois populaire et exigeant. 
Une sorte d'Arte breton, ouvert et ambitieux...

Et la politique ? Comme pour TF1, restez-vous insensible aux procès d'intention ?
Moi, ce qui m'intéresse, c'est la Bretagne ! La politique nationale, contrairement à ce que l'on peut lire ici ou là, ne m'intéresse pas. 
A TF1, je ne me mêle pas de politique. C'est la rédaction qui s'en charge. A chacun son boulot !
Ce que je souhaite, c'est qu'avec TV Breizh les Bretons puissent se dire qu'ils ne sont pas des abrutis. 
On a toujours été en avance et pourtant on s'est tout ramassé (l'école sans le breton, les guerres...), alors que la Bretagne possède des atouts majeurs...

TV Breizh s'ouvrira-t-elle au web ?
TV Breizh sera un outil formidable pour faire accéder la Bretagne à la modernité complète sans renier son identité, évidemment, mais en lui permettant de la vivre encore mieux...
La télé régionale plus Internet (je viens de déposer « tvbreizh. bzh »), et je connais bien le métier, c'est l'assurance d'une formidable aventure... 
Pas au service de je ne sais quel clan, mais au seul service de la Bretagne et de ceux qui la font et qui l'aiment...

Un autre patron d'origine bretonne, François Pinault, entre au capital de TV Breizh
après être entré au capital du groupe qui contrôle TF1. N'est-ce pas trop ?
Mes relations avec François Pinault sont excellentes. C'est lui qui m'a parlé le premier d'une télé bretonne. C'est avec lui, encore, que nous avons décidé de faire entrer TF1 au capital de TV Breizh.
Le numérique hertzien nous intéresse. Car quand le gouvernement décidera d'ouvrir de nouvelles fréquences pour des télés de proximité dans d'autres régions, nous serons là. Il y aura du travail pour TF1...

La presse régionale n'est pas associée au projet de télé bretonne ?
La presse régionale n'a pas souhaité rentrer au capital de TV Breizh. Elle aura l'occasion de s'associer à d'autres formules de partenariats que nous lui proposerons, notamment autour de magazines communs...

Le jour du lancement de TV Breizh est d'ores et déjà fixé. Comment comptez-vous le réussir ?
Ce sera effectivement le 4 août 2000 à Lorient, en plein festival interceltique. 
On bosse actuellement sur la soirée de lancement et sur toute la semaine qui suivra, car on veut faire du lancement de TV Breizh une véritable fête. 
Toutes les télés identitaires d'Europe (Allemagne, Irlande, Pays de Galles, Pays basque) seront représentées ainsi que les personnalités bretonnes les plus marquantes. 
Nous n'oublierons pas Nantes. Si j'ai choisi Lorient, c'est parce que cette ville est aussi proche de Nantes que de Brest !

Murdoch et Berlusconi sont aussi à vos côtés. Comment les avez-vous convaincus de venir en terre bretonne ?
Rupert Murdoch est venu chez moi, en Bretagne. Il aime cette région et accepte de contribuer à son développement en s'associant à TV Breizh. J'essaierai de ne pas lui faire perdre d'argent...
Quant à Berlusconi, c'est un ami de longue date que j'apprécie. Il s'occupe de politique aujourd'hui, notamment européenne (c'est un atout pour nous) ; et le président de Média 7, son groupe de presse, un Italien, est marié à une Bretonne d'origine. Ça facilite les discussions...

Comment allez-vous gérer TV Breizh ?
J'ai pris la présidence de TV Breizh et je peux vous dire que je regarderai le plus souvent possible ses programmes. Si quelque chose cloche, j'irai tout de suite à Lorient le dire. 
Je suis réactif immédiatement avec les gens que j'aime bien. Avec les autres, ça peut attendre avant que cela n'explose...

Le breton jouera un rôle important dans l'évolution de TV Breizh
Trouverez-vous suffisamment de bons professionnels capables de s'exprimer dans cette langue ?
La langue bretonne [ndlr : Patrick Le Lay bénéficie à Paris d'un professeur de breton particulier] sera l'un des grands enjeux de TV Breizh
Il y aura des cours, il y aura des doublages pour les films mais il faut d'abord former des équipes de bons professionnels capables d'assurer les traductions. 
Il faudra du temps, par exemple, pour doubler l'inspecteur Colombo en breton !
La voix ça compte. Vous n'imaginez pas une série avec des voix différentes ! 
Le breton (et croyez-moi , c'est dur) il faut savoir le parler correctement !
 

Propos recueillis par Hervé LOUBOUTIN
 
 
50actu21-1.jpg (21825 octets)
«Pas au service de je ne sais quel clan, 
mais au seul service de la Bretagne et de ceux qui la font et qui l'aiment»
Après le succès national de TF1,
Patrick Le Lay s'engage 
dans un pari régional audacieux.